Une sortie longue…très longue !

Je voulais faire une sortie longue. Pour tenir plus d’1h30, pour m’entrainer et aussi pour pouvoir me faire un parcours sympa….et oui en 2h on a le temps de voir défiler les paysages !

 

 

 

Je me suis levée en ce dimanche matin avec cette folle envie de faire une bonne sortie longue, la condition était de revenir fatiguée ! Pour le plaisir bien sur, le plaisir du sport, de l’effort et tester mes limites car dans 2 semaines je fais mon premier trail (13km).

Les limites, parlons-en. Il faut que je m’échauffe beaucoup plus avant de partir, encore plus le matin sinon je me sens vite lourde et j’ai le souffle coupé (je fais de l’asthme de l’effort). Il me faudra bien 30 min avant de me sentir “bien”. Les côtes sont mes pires ennemies, n’épargnant pas mes poumons qui sifflent l’air “je ne peux plus respirer, en la aiguë”! Je dois absolument progresser pour mieux appréhender les montées où mon effort est soutenu et où mes poumons sont mis à rude épreuve….

Je suis partie à l’aventure, sachant un peu là où je démarrais mais pas où j’allais. Lors de cette sortie j’ai pas mal marché, vérifié les chemins, suis revenue sur mes pas….un vrai trail en autonomie avec la musique dans les oreilles, un camelback et voilà ! 2h de bonheur, de souffrance, de peur…oui oui de peur!!

Courir seule ne me fais pas vraiment peur mais lors de cette séance j’ai vécu 2 moments où je me suis sentie vraiment seule ! Le premier, le passage d’un tunnel en colline, rien d’exceptionnel, je vois le bout du tunnel mais le couloir est sombre et j’ai peur qu’il y ait des grosses bêtes qui viennent m’embeter alors je devale le tunnel en tapant des mains et en criant !!! Arrivée au bout je suis HS et un peu morte de rire (jaune)!!

Deuxième frayeur, un chien ! sans propriétaire, à m’aboyer dessus, me montrant les crocs dés que j’approche, il m’a coincé, j’ai du rameuter le quartier pour que quelqu’un m’assure qu’il ne me fera rien…oui, mais bon je me pose la question quand même !

J’ai réussi à faire une belle boucle de 13,5 km, pas énorme en 2h je vous laisse imaginer le type de parcours que j’ai pu faire !

 

(statistiques de Runkeeper sur 8 km et non 13,5 km…)

J’ai pris de grosses côtes pour souffrir, j’ai coupé à travers champs dans des collines calcinées, avec des souches noires qui se sont amusées à me faire des croches pattes et à teinter mes chaussures de “noir cendre”, j’ai crapahuté sur des bancs de roches calcaires…J’ai pu profiter de quelques sentiers bien larges mais avec une terre grasse et glissante encore gorgées d’eau….le retour sur des sentiers a peu près plat et sur bitume m’a fait du bien après cette longue séance sur terrain accidenté.

Je me suis régalée, je suis revenue fatiguée mais j’avais encore du jus (faut dire que j’ai pas mal marché….). Une sortie du dimanche comme je les aime et qui me permet de terminer (ou commencer) une bonne semaine!

Je ne connais pas le parcours de ma prochaine course, “13 km sur un parcours exigeant” mais j’espère ne pas y passer 2h !